Un ancien maquisard nous a quitté

Jean-Pierre Usseglio (Droits réservés, Musée Départemental de la Résistance et de la Déportation de Lorris)

Jean-Pierre Usseglio est né le 5 novembre 1925 à Paris, il a donc à peine 19 ans lorsqu’il rentre dans la résistance au sein du Maquis de Chambon-la-Forêt. A la suite de l’attaque du maquis par les Allemands le 6 août 1944, il se réfugie avec ses compagnons en forêt d’Orléans et vient grossir les rangs du maquis de Lorris dans lequel il intègre la Compagnie Paul, sous les ordres du Capitaine Gramond. A l’été 1944,  il participe donc à la libération de Châteauneuf/Loire, d’Orléans puis à celle de Paris, aux côtés de ses camarades.

Alors qu’au retour de Paris le maquis gagne la région de la Nièvre et se charge de garder sous contrôle les prisonniers allemands de la colonne Elster, le maquis est dissous. Tandis que nombre de maquisards choisissent de regagner leurs foyers, Jean-Pierre Usseglio rejoint quant à lui le 4th SAS / 2ème RCP à Nevers en septembre 1944, et suit en Angleterre la formation de parachutiste à l’école de saut de Ringway (novembre-décembre 1944), en compagnie d’autres anciens de la Compagnie Paul.

Ces hommes seront du groupe parachuté en Hollande lors de l’opération Amherst en avril 1945, avec pour objectif de capturer intacts des canaux néerlandais, ponts et aérodromes pour permettre ensuite de déferler sur l’Allemagne. Parachutés dans la province de Drenthe, les paras occupent plusieurs ponts et mènent des embuscades contre les troupes allemandes en retraite avant d’être violemment attaqués le 8 avril près de Westdorp. Deux Français sont tués, Serge Levasseur et René Peron,  Jean-Pierre Usseglio est gravement blessé  à la jambe, puis arrêté avec plusieurs de ses camarades. Il échappe de peu à une exécution sommaire avant d’être libéré par les troupes canadiennes.

Rapatrié vers l’Angleterre le 20 mai 1945, Jean-Pierre Usseglio, tourneur-outilleur de formation, devient avocat. En 1948, il doit subir l’amputation de sa jambe blessée en Hollande.

Officier de la Légion d’Honneur, Médaille Militaire, décoré de la Croix de Guerre française 1939-1945 et de la Bronzen Kruis hollandaise, Jean-Pierre Usseglio  s’est toujours tenu à l’écart des commémorations et honneurs que son parcours légitimait pourtant sans contestation, il n’est que justice de lui rendre hommage aujourd’hui.