Retour à L’AFAAM

La cérémonie du 9 août 2020 au Carrefour

Le 9 août 2020 se tenait la cérémonie annuelle du Souvenir au Carrefour de la Résistance, à l’occasion du 76ème anniversaire des combats du maquis de Lorris, une cérémonie particulière en ces temps troublés par la covid-19. Sans public donc, et limitée aux officiels, aux maquisards et leur famille, au comité d’organisation et au conseil d’administration de l’AFAAM, une célébration du souvenir, simple, mais respectant tous les passages obligés, a donc eu lieu le week-end dernier.

L’enjeu était de taille, perpétuer le souvenir des nombreux tués lors de l’attaque du maquis par les Allemands le 14 août 1944, et des différentes actions menées pour la libération du territoire par les maquisards, tout en s’adaptant à ces circonstances très particulières, en respectant mesures de distanciations et gestes barrières autant que possible. Un pari réussi de l’avis de tous, et c’est bien autour du monument érigé en 1946 que l’Association des Familles et Amis des Anciens du Maquis, l’AFAAM, a pu malgré tout perpétuer le souvenir de ces événements tragiques qui ont fortement marqué l’histoire locale.

Zoomez sur la zone, en mode Plan ou Satellite, cliquez sur les repères pour afficher plus d’informations, de photos ou documents


Cette année, c’est une organisation conjointe avec la municipalité d’Ouzouer-sur-Loire qui a été décidée pour s’adapter tant à la situation sanitaire qu’à la canicule, avec le soutien du Souvenir Français, de l’Office National des Forêts, et de la municipalité de Lorris. Faute pour le public habituel d’avoir pu y participer, je vous propose sous forme d’un petit reportage photo de découvrir l’hommage rendu à nos vaillants anciens en ce dimanche ensoleillé.

C’est donc une fois n’est pas coutume devant l’église d’Ouzouer-sur-Loire que s’ébranlait le petit défilé, direction la rue du 14 août 1944 pour un premier dépôt de gerbe par Marie-Madeleine Hamard, maire de la ville, devant la plaque dédiée à Robert Fichot, un civil de 80 ans tué ce jour-là, fusillé par les Allemands. Rappelons que le jour de l’attaque du maquis par les troupes du régiment de sécurité 1010, les maquisards parvenaient à tenir en échec les soldats allemands qui tentaient de les déloger au mortier, puis à leur échapper à la faveur de la nuit. Un convoi de maquisards fut toutefois accroché en soirée par les troupes d’occupation, mais réussit malgré cinq victimes à forcer le barrage. En représailles d’une opération considérée comme un échec par les Allemands, ceux-ci se livrèrent alors à de violentes exactions à Ouzouer au cours desquelles quatre civils laissèrent à leur tour la vie : outre Robert Fichot, Elie Tremeau (75 ans), Paul Bertrand (36 ans) et son fils Claude (5 ans -ou 8 selon les témoignages-) étaient tués ce jour-là.

(Droits réservés, AFAAM, Ouzouer-sur-Loire, 9 août 2020)

Un second arrêt du cortège quelques centaines de mètres plus loin permettait de rendre hommage aux résistants victimes de cette funeste journée devant le monument aux morts d’Ouzouer, René Guillon, André Beaudeau, Maurice Perdoux, Georges Cousin et Edward.K Simpson, ainsi qu’à Maurice Pelloie, tué à Paris le 25 août.

(Droits réservés, AFAAM, Ouzouer-sur-Loire, 9 août 2020)
(Droits réservés, AFAAM, Ouzouer-sur-Loire, 9 août 2020)

Direction ensuite en ce dimanche matin la forêt toute proche pour un hommage au capitaine Giry. Cet instituteur de 21 ans à la déclaration de guerre est mobilisé en 1939, et fait partie des évacués de la poche de Dunkerque. De retour en France, il est arrêté, s’évade, et rejoint la résistance dans le mouvement Libération-Nord, puis auprès de l’abbé Thomas avec lequel il créé plusieurs groupes de résistants au cœur de la forêt d’Orléans. Tous deux sont arrêtés le 13 août 1944, à la veille de l’attaque par les Allemands du maquis de Lorris.

Le 14 août, après avoir été interrogé et torturé en vain par les Allemands, Roger Giry est abattu non loin de l’emplacement du camp pendant l’assaut.

(Droits réservés, AFAAM, Ouzouer-sur-Loire, 9 août 2020)

À midi, c’est enfin au Carrefour de la Résistance et sous un soleil de plomb que tout le monde se retrouve alors pour la dernière étape de la matinée, en présence des deux derniers maquisards de Lorris du Loiret, les « rescapés du département » pour reprendre l’expression de Bernard Chalopin, accompagné de son complice Robert Turpin. C’est effectivement une année bien difficile pour nos deux anciens qui ont vu partir tour à tour un grand nombre de leurs camarades ces derniers mois, et c’est avec une pensée particulière pour eux que Denis Godeau, président de l’AFAAM, leur dédiait cette cérémonie.

(Droits réservés, AFAAM, Carrefour de la Résistance, 9 août 2020)

Après le lever des couleurs et les discours d’usage, la cérémonie, toujours dirigée de main de maître par le commandant Gabriel Huet, s’est ainsi poursuivie devant le mémorial, tandis que résonnaient dans la forêt le Chant des Partisans et la Marseillaise. Pour cette cérémonie particulière sans public ni enfants, la toujours très solennelle lecture des « Morts pour la France » devant la façade du mémorial et la tombe du colonel Marc O’Neill était assurée par le fils et le petit-fils de Bernard Chalopin, très émus.

Un moment particulièrement fort, l’appel aux « Morts pour la France » (Droits réservés, AFAAM, Carrefour de la Résistance, 9 août 2020)

Se sont ensuite succédés pour le dépôt des gerbes des autorités devant le mémorial : pour l’AFAAM, Bernard Chalopin, Robert Turpin et Denis Godeau, suivis de Alain Grandpierre, vice-président du Conseil Départemental, Line Fleury, Conseillère départementale du canton de Sully/Loire, Anne Besnier, Conseillère régionale, Jean-Pierre Sueur, Sénateur du Loiret, Claude de Ganay, Richard Ramos et Jean-Pierre Door, députés du Loiret, Valérie Martin, maire de Lorris, Marie-Madeleine Hamard, maire d’Ouzouer-sur-Loire, et Régis Castro, Sous-préfet de Montargis.

(Droits réservés, AFAAM, Carrefour de la Résistance, 9 août 2020)
(Droits réservés, AFAAM, Carrefour de la Résistance, 9 août 2020)

La cérémonie pouvait se terminer avec le salut des autorités au porte-drapeau Denis Chéron, aux maquisards, et à la musique des pompiers dirigée par Daniel Chaumeron. Tradition oblige, l’habituel vin d’honneur a enfin été servi à l’ombre des arbres de la forêt sous une température déjà caniculaire, clôturant ainsi une bien belle cérémonie du Souvenir pour honorer ces hommes tombés au combat pour la liberté de la France.

Nos anciens Robert Turpin et Bernard Chalopin respectent la tradition et prennent fièrement la pose (Droits réservés, AFAAM, Carrefour de la Résistance, 9 août 2020)

Rendez-vous l’an prochain pour le 77ème anniversaire, en espérant des circonstances plus favorables pour retrouver la foule habituellement présente !